mardi 6 septembre 2011

L'amande sacrée

l'amandier de Vincent Van Gogh

La gloire de l'Homme est symbolisée par la mandorle que l'on voit enveloppant le corps du Christ en majesté, comme celui des saints et des bouddhas dans les différentes traditions iconographiques religieuses. La mandorle est "l'amande ourlée", c'est-à-dire  celle qui ouvre sur la Lumière.

Prabhutaratna et Shakyâmuni en conversation, Chine, 518


(...) l'amandier fait partie de ces nombreuses essences d'arbre et d’arbustes qui sont vénérés tout d'abord en tant que ressortissant à la notion "d'arbre vert", symbole de l'arrivée de "l'Homme rouge" à son accomplissement divin; mais elles le sont aussi pour leurs vertus particulières.

Bas-relief de la cathédrale de Chartres

La France est les, pays celtes sacralisent le chêne pour sa robustesse et sa virilité. Il vénèrent aussi le houx et le pin pour leur immortalité: leur feuillage ne se flétrit pas.  Or, ces trois arbres, avec l'oranger, encadrent la "Dame à la Licorne" dans chacune des six tapisseries exécutées à la gloire de cet animal fabuleux (...).

Tapisserie de la Dame à la Licorne

Les fruits de l'oranger sont les fameuses "pomme d'or" qui apparaissent dans bien des contes ou mythes. contrepoint à la "pomme" dont la tradition orale fait le fruit de l'arbre de la Connaissance, la "pomme d'or"n est celui de l'Arbre de Vie.

Dans cette perspective, l'oranger est l'arbre des noces de l'humanité et de son Dieu; la couronne de fleurs d'oranger, le diadème de l'épousée. Et ce dernier symbole était vécu, il y a peu de temps encore, dans nos campagnes français es où ne se célébrait aucune noce sans que l'épousée n'eût, à défaut de couronne de fleurs d'oranger sur sa tête, au moins, son bouquet dans sa corbeille, elle-même symbole de la corne d'abondance.

Détail du printemps de Botticelli

L'amandier a la même signification que l'oranger, en ce sens que, arbre monoïque, sa fleur est mâle et femelle. Il est alors en "l'Homme vert" symbole de l'androgynie conquise. Ayant dépassé la dualité des sexes, conquis l'unité, l'Homme est introduit dans la chambre nuptiale.

XXIème arcane du tarot de Marseille

La fleur de l'amandier, soeur de l'églantine et de la rose, rejoint aussi leur symbolisme que chantent les rosaces de nos cathédrales: mariage du macrocosme et du microcosme, du Ciel et de la terre; elles flamboient de la lumière et du Feu de l'Amour Divin Qui brûle et ne consume pas.

Aller au centre de la rose, c'est retourner à l'Un.

Rose nord de la cathédrale de Chartres

"Quand l'amandier fleurit...l'Homme retourne à sa demeure éternelle" (Ecclésiaste, XIII,7).

Si l'amande est le fruit divin qui symbolise non seulement l'immortalité, mais surtout l'éternité de l'homme, elle est essentiellement un fruit de lumière. or la langue hébraïque nous propose un autre mot pour désigner l'amande: Luz dont l'homonyme Loz signifie "mis à part". Ce signifié est la racine même de l'idée du sacré.

Le sacré est ce qui est mis à part, écarté du vulgaire (car ,'est devenu vulgaire, profane, que ce qui est séparé du sacré).

Ce fait est d'autant plus intéressant que rené Guénon, rendant compte d'une tradition quabbalistique, nous dit: "le mot luz est le nom donné à une particule corporelle indestructible représentée symboliquement comme un os très dur et à laquelle l'âme demeure liée après la mort jusqu'à la résurrection. Par le déploiement du Kundalini, cette zone s'éveille, se déploie pour atteindre les divers chakras, puis le troisième Oeil..."

En tant que colonne vertébrale du monde, israël prend son départ à Luz, ville en laquelle au cours de la nuit (ténèbres du triangle inférieur) Jacob a la vision de l'Echelle.  Or parmi toutes les significations symboliques que revêt cette échelle qui monte de la terre au ciel - et descend du Ciel à la terre - se trouve essentiellement l'éveil de Kundalini.

 
L’échelle de Jacob par Chagall

Lorsque Jacob se réveille, il donne au lieu sur lequel il a passé la nuit le nom de Bethel ce qui signifie "Maison de Dieu" (remarquons bien que le même mot, Bethyl, est tout simplement celui de l'émeraude!).

Quant à Luz, le nom primitif de la ville, il semble que Jacob aille maintenant le porter à un autre échelon de l'Echelle...

La racine Luz est liée à celle d'où sont tirés, dans les langues celto-occitanes, les mots lux (la lumière en latin), lug (nom d'un dieu celte), Luc, Ludwig, etc., prénoms qui tous rendent compte de la lumière. Il est à noter que dans le symbolisme chrétien, l'animal qui correspond au génie de l’Évangéliste Luc est le taureau.

Luz, l'amande portée en germe dans sa coque, symboliquement à la base de la colonne vertébrale, a gravi tous les échelons des ténèbres; elle a cassé sa coque.

Tel le christ sortant du tombeau, l'homme est devenu Lumière.

Dernière manifestation du corps, à la limité de l'immatériel, la mandorle, oeuf de lumière, présuppose les engendrements successifs de l'homme naissant de lui-même à lui-même dans le mystère de plus en plus inconnaissable de l'amour.

Il va vers l'Aïn-Soph-Aor, l'Aïn-Soph, l'Aïn, le Rien...

La symbolique du corps humain - Annick de Souzenelle

Quand le symbole apparaît flamboyant, il révèle une multitude de correspondances, de signes minuscules, semés comme les cailloux d'un petit Poucet sur le chemin de notre vie.

Ces détails en apparence in-signe-ifiants (signe mot du latin signus issu de la racine indo-européenne sekw > suivre, "suivre ce chemin"...) éclairent notre quotidien d'une lumière nouvelle. Comme si le simple fait de rencontrer des "signes" voulait dire qu'on a retrouvé le chemin pour rentrer chez soi. Après une longue errance dans la forêt.
A l'instar de l'hermite du tarot guidé par sa lanterne, nous distinguons mieux le lien invisible qui relie chaque chose.

Par exemple après le rêve de la mandorle, des petites choses de ma vie prennent soudain un sens:
mon attirance pour l'odeur de la fleur d'oranger que je trouve "divin"au sens propre comme au figuré (je porte ce parfum sur moi tous les jours), les deux prénoms de ma fille qui sont les noms de deux fleurs blanches au parfum si proche, l'impression de m'être brisée comme une noix lors de l'éveil (la coque) et Luz comme Luc du signe du taureau qui est aussi le mien... des petits signes anodins qui vus de façons séparés, ou pour une personne extérieure, ne signifient pas grand-chose mais qui pour moi, intérieurement son inextricablement liés. Il y en a même qu'il est très difficile d'exprimer tant ils sont subtilement liés à l'intériorité de l'être. On appelle cela le syndrome de la "synchronicité", mis en évidence par le courant "new age" mais déjà connu depuis une éternité par toutes les traditions. Cette synchronicité survient de plus en plus évidente (et amusante) quand on entreprend un dialogue sincère avec soi-même, une écoute attentive.

Ces signes récurrents sont révélateurs d'une Présence aimante à tous les niveaux de la vie, au-delà même de toute conscience; c'est l'appel de l'Un derrière tous nos désirs et même derrière nos différences, ce qui nous fait unique. Une unité au coeur même de la dualité, inextricablement liés...

Mon parfum...


5 commentaires:

  1. Je manque de temps depuis quelques jours, mais je ne loupe pas une miette de ce que tu écris ... Lorsque tu as relaté ton rêve à la mandorle, j'ai évidemment pensé à l'arcane du Monde, que j'ai eu plaisir à retrouver ici. Ce livre d'A. de Souzenelle sur le symbolisme du corps est d'une richesse incroyable : encore un livre à me procurer d'urgence !
    Je reviens enfin sur ces petits cailloux, ces signes sur le chemin de chacun, que l'on apprend à lire peu à peu, ces synchronicités. Je te rejoins quand tu dis qu'il est parfois difficile de les exprimer à autrui, elles n'ont souvent de sens que pour soi, mais je suis moi-même émerveillée lorsque je me retourne et que je contemple les miennes ! Un tatouage à l'endroit même de la Kundalini, symbole de la vacuité, fait avant même d'en percevoir tout le sens, mais comme un pressentiment. Mes prénoms, et surmoms, qui m'ont tous ramené à la Rose, jusqu'à ce que je devienne celle de mon "Alchimiste", qui me baptisa ainsi "spontanément". La forme triangulaire parfaite que forment trois grains de beauté sur ma main droite, symbole qui revêt une importance toute particulière pour moi, et jusqu'à mes cicatrices sur le bas-ventre, vestiges d'une mort et d'une naissance entrecroisées, que pour rien au monde je ne voudrais voir disparaître, je veux pouvoir me rappeler...
    Bref, je comprends aussi mieux pourquoi j'aime tant la fleur d'oranger (je suis aussi une adepte des parfums Lutens, mais ça c'est une autre affaire !).

    RépondreSupprimer
  2. Alors ma chère amie, je te le dis sans détours, ce livre est devenu pour moi une bible. Le travail qu'a fait A de S dans ce livre est incroyable. Elle le dit elle-même, son écriture est venu par des signes, des correspondances, comme une évidence. Elle saute allègrement de symboles en mythes et montre avec une grande finesse que tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas: le corps humain, cette merveilleuse mécanique dont la science révèle pas à pas les rouages "extérieurs" a bien un sens "intérieur". Toutes les réponses sont déjà là en nous, dans la forme même de nos yeux de nos bras...

    Oui je sais que toi aussi tu vis tous ces signes et il semble que ceux qui les vivent semblent eux-même être reliés par un lien invisible comme tu le constate pour nous deux.
    Rien n'est mauvais, tout est à prendre même la plus grande des souffrance parce que c'est d'elle que peu survenir notre véritable libération, notre retour à l'être au bien-aimé (car ces signes ressemblent beaucoup aux petits cadeaux, petites attentions que laisserait derrière lui un amant transi...mais c'est d'un autre niveau qu'un bouquet de roses ;)!)à l'absolu que nous sommes au coeur de la mandorle.

    Il y a encore quelque chose de mystérieux qu'il me reste à explorer dans la mandorle: cette histoire de "corps de lumière"...a suivre donc.

    Je sais que tu aimes ces parfums! ;)

    Douce nuit à toi et ton petit prince!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai eu un immense plaisir à lire ce billet, merci Nout. Les petits cailloux blancs qui parlent à notre être profond, sont là, il me semble, pour nous donner confiance, on se sent accompagné(es), on se sent relié(es) au grand mystère de la vie, c'est passionnant. Bises, belle et lumineuse journée. brigitte

    RépondreSupprimer
  4. « Or parmi toutes les significations symboliques que revêt cette échelle qui monte de la terre au ciel - et descend du Ciel à la terre - se trouve essentiellement l'éveil de Kundalini. » dit Annick de Souzenelle. Peut-être trouverez-vous également de l’intérêt à l’approche proposée par Marie-Louise von Franz qui associe les rêves à cette fameuse échelle :
    « Jacob eut un songe. Et voici, une échelle était appuyée sur la terre, et son sommet touchait au ciel. Et voici, les anges de Dieu montaient et descendaient par cette échelle. Et voici, l'Éternel se tenait au-dessus d'elle ; et il dit (...) « La terre sur laquelle tu es couché, je la donnerai à toi et à ta postérité. (...) Et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta postérité. Voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras2. »

    MLVF – Le rêve de Jacob est l'un des exemples souvent cités par les théologiens pour démontrer l'importance de prendre les-rêves au sérieux. Il existe dans la Bible d'autres rêves sur lesquels on s'est appuyé pour prouver que Dieu nous envoie des rêves. Ces théologiens parlent même de rêves transmis par Dieu.
    ................................................
    Jacob s'est donc endormi au soleil couchant, avec une pierre sacrée sous sa tête en guise de fétiche le reliant à l'au-delà. Le soleil couchant pourrait être interprété comme l'arrivée du sommeil, la neutralisation de la conscience. Jacob pénétra profondément dans l'inconscient et, à ce moment-là, il vit une échelle montant jusqu'au ciel. La fameuse échelle de Jacob, sur laquelle montent et descendent les anges, symbolise un lien ininterrompu avec le royaume des dieux. À titre d'exemple, les chamans s'élèvent au cours de leur initiation jusqu'au ciel, comme ils disent, alors qu'il ne s'agit que de quelques mètres. L'arbre, l'échelle ou la corde sur laquelle ils grimpent est leur lien avec le monde des esprits, le monde des dieux.
    Les guérisseurs du Tibet et de la Chine antique étaient aussi appelés les maîtres de la corde, parce qu'ils étaient les seuls à pouvoir établir ce lien avec les esprits. Eux seuls pouvaient s'élever jusqu'au ciel. Dans d'autres endroits, les guérisseurs montaient sur un arbre. Le support qu'ils escaladaient représentait simple¬ment un moyen de s'élever, pas à pas, et d'établir un lien avec le monde divin. Plus tard, au cours de la Renaissance, au XVIIème siècle, l'échelle de Jacob fut interprétée symboliquement comme une représentation des sons et des voyelles de la parole humaine, des différents attributs du monde ou des différents nombres. L'idée fondamentale des divers systèmes de pensée était projetée sur l'échelle. Mais dans tous ces cas, l'échelle symbolisait un lien continu, permanent avec les pouvoirs divins de l'inconscient. Nous pourrions dire que le rêve lui-même est une telle échelle. Il nous relie aux profondeurs inconnues de notre psyché, comme si chaque rêve était un barreau de l'échelle.»

    Marie-Louise von Franz « La voie des rêves » chapitre V : L’échelle conduisant au paradis – Éditions La Fontaine de Pierre

    2. Genèse, XXVIII, 12-15. Citation biblique tirée de la traduction de Louis Segond

    RépondreSupprimer
  5. @ Plumes d'ange: C'est passionnant et ça remplit le coeur d'une sécurité que rien d'autre ne pourrait nous donner...quelque soit le pas que nous posons, il est au bon endroit.
    Belle et douce nuit à toi! :)

    @ Amezeg:
    Oui en effet cela m'intéresse beaucoup et résonne avec certaines découvertes actuelles.
    Je découvre que ces rêves que je fais depuis longtemps, si clairs, si détaillés (parfois élaborés comme un film) sont un véritable lien. Un lien précieux.

    Je dois dire que votre intervention ici y est aussi pour quelque chose...Comme quoi à l'état de veille aussi, le lien est encore là. :)

    Je me suis toujours demandé pourquoi on situait le divin en hauteur, "au ciel", pourquoi "monter" puisque il faut "descendre" dans ses profondeurs pour accéder à la connaissance de soi...

    On croit à tort qu'il s'agit d'une échelle de "valeur" c'est à dire que ce qui est en haut est supérieur à ce qui est en bas mais ce n'est pas ça.
    Je crois que simplement, plus on monte les échelons, plus la vue est "dégagée"...
    Il s'agit d'un symbole qui nous montre que plus on se place en Dieu, plus on se place dans la vérité, on peut mieux voir les choses...on voit Tout.

    C'est pourquoi je vous suggérais de rester perché cher Amezeg! ;)

    Faites de beaux rêves...

    RépondreSupprimer